Les revues SHS aujourd’hui et… demain

L’édition scientifique, notamment en sciences humaines et sociales (SHS), est en pleine période de transition : « le modèle économique fondé sur les abonnements papiers se meurt » et l’accès aux publications se libère. Un article* rédigé récemment par Odile Contat et Didier Torny de l’InSHS fait un point sur :

  1. Les caractéristiques de l’édition SHS en France,
  2. L’appropriation d’un bien commun par les éditeurs et les diffuseurs,
  3. Les politiques publiques nationales pour la diffusion scientifique,
  4. La politique du CNRS et plus particulièrement de l’InSHS en matière de soutien à l’édition scientifique.

Ce qu’il faut retenir :

  1. Le coût élevé des publications scientifiques (notamment en SHS et en France) est quasiment intégralement financés sur des fonds publics, depuis les recherches qui donnent lieu à la rédaction de publications scientifiques (financement ANR, fonds européens, …) jusqu’à l’acquisition de ces publications (les acquéreurs sont souvent des bibliothèques universitaires et des organismes de recherche publics), en passant par la réalisation de ces publications (les auteurs, relecteurs, membres du comité de rédaction, secrétaires de rédaction, sont très majoritairement payés sur fonds publics).
  2. Les éditeurs commerciaux se sont progressivement approprié ces biens communs, de diverses manières (clauses des contrats d’édition, accès temporaire payant aux publications et non possession définitive, achats groupés contraints, …). Cette appropriation a été dénoncée par des communautés scientifiques, à travers diverses initiatives (archives ouvertes, boycotts d’éditeurs, portail Episciences, Creative Commons, …). Toutefois, les éditeurs se sont adaptés.
  3. De nombreux pays ont défini une politique en faveur de la conservation et de la diffusion de la production scientifique financés sur fonds publics. En 2013, la Commission Européenne a d’ailleurs fait une recommandation en ce sens aux États membres (d’où la discussion qui a eu lieu en France dans le cadre du projet de loi numérique).
  4. Le CNRS (comme bien d’autres institutions) a pris position en faveur du libre accès. L’InSHS soutient fortement le dépôt dans une archives ouverte (Hal-SHS a dix ans) et favorise le financement des revues diffusées par voie électronique, celles qui réduisent leur barrière mobile et celles qui ont de bonnes pratiques éditoriales. Il s’est aussi investi dans des plateformes telles que Revues.Org qui diffuse des revues SHS, la plupart en libre accès, et soutient le Centre pour l’édition électronique ouverte (CLEO).

* Odile Contat, Didier Torny. Les revues en sciences humaines et sociales à l’heure des communs . Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2015, Économie et politique de l’  » accès ouvert  » : les revues à l’âge numérique, pp.62-70.

Journée d’étude : “Publications SHS : l’édition électronique ouverte, pourquoi comment ?” (19/05/16, Dijon)

L’édition scientifique évolue vers l’électronique et l’open access.

La journée d’étude « Publications SHS : l’édition électronique ouverte, pourquoi comment ? » fera un point sur le sujet dans le domaine des sciences humaines et sociales, à Dijon, en mai 2016.

Détails et inscription sur le site de la journée d’étude

Journée d’étude : “Vers de nouveaux paradigmes pour l’édition scientifique ?” (18/03/16, Talence)

L’édition scientifique est en plein bouleversement. Afin de lutter contre une situation de moins en moins tenable et de plus en plus absurde, de nouveaux modèles émergent. L’un d’eux est l’épijournal.

Ces sujets seront abordés lors de la journée d’étude « Vers de nouveaux paradigmes pour l’édition scientifique ? Dynamiques de validation et de légitimité », organisée à Talence en mars 2016.

Détails et inscription sur le site de l’Urfist de Bordeaux

Aller plus loin
La publication scientifique : le temps des dérives, par Pascal GUITTON, présente 3 dérives : le spam dans l’édition scientifique, l’évaluation mal réalisée et le modèle économique, avant d’esquisser 2 (débuts de) solutions : l’accès ouvert et les épijournaux.

Crédit photo. : Rusty Sheriff (CC BY-NC 2.0)

Ce qu’il faut savoir sur le projet de loi « Pour une République numérique »

Si vous produisez des publications scientifiques, vous êtes directement concerné-e-s par le sujet.

Rappel sur le projet de loi et la consultation nationale
Le CNRS a envoyé une recommandation du Conseil Scientifique votée à l’unanimité le 25 septembre 2015 sur le projet de loi sur le numérique.
Cette recommandation portait sur l’article 9 « Libre accès aux publications scientifiques de la recherche publique » et avait pour but d’orienter les votants sur le sujet, lors de la Consultation nationale qui a eu lieu du 26 septembre au 18 octobre 2015.
Il était proposé de voter contre le texte qui était rédigé et pour la proposition  » Une durée d’embargo plus courte, ne pas entraver le TDM (fouille de texte et de données) et ne pas interdire une exploitation commerciale ».

Quel est le principal résultat concernant le libre accès aux résultats de la recherche scientifique ?
La recommandation de la DIST a été largement suivie (1 749 votes) et suite à cette forte mobilisation, le gouvernement a décidé de réduire les délais d’embargo à 6 mois pour les sciences technologies et médecine et 12 mois pour les sciences humaines et sociales (au lieu de 12 et 24 mois).

Pourquoi est-ce important ?
Parce que La France préfère payer (deux fois) pour les articles de ses chercheurs : l’accès aux résultats de la recherche se fait la plupart du temps via des circuits commerciaux (les « publiants » sont payés par l’État pour produire des résultats que l’État rachète ensuite aux éditeurs… quand il ne paye pas pour les publier).

Aller plus loin
Synthèse et analyse quantitative des résultats de la Consultation nationale par Benoît PIER (correspondant IST Insis) et Frédéric HELEIN (correspondant IST Insmi)
Communiqué officiel de bilan de la consultation sur le projet de loi numérique (en particulier p. 7 et p. 13)
Lettre des CorISt qui fait le point sur la question (p. 7 à 8)
Pour faire le point sur la loi numérique et la consultation publique (sur le site des correspondants IST de l’InSHS)
La page d’un mathématicien qui dresse le bilan sur la consultation

Crédit photo. : Ken Chan (CC BY-NC 2.0)